Organisation privée : la GFSI, Global Food Safety Initiative

Dans un monde où la sécurité alimentaire est une préoccupation mondiale majeure, la diversité et la complexité des normes posent des défis considérables. La Global Food Safety Initiative (GFSI), fondée en 2000, s'engage à unifier les pratiques et les standards pour garantir la confiance des consommateurs. Découvrez les objectifs, les normes et les procédures de certification de la GFSI.

Qu'est-ce que la GFSI ?

Initiée en février 2000 par un groupe d'experts en sécurité alimentaire provenant de divers horizons, tels que la distribution, la fabrication et le service, la GFSI (Global Food Safety Initiative) représente une approche collaborative visant à établir une norme universelle pour les systèmes de gestion de la sécurité alimentaire. Son but est de garantir la confiance dans, et la traçabilité de, nos aliments dans un marché mondial.

Contrairement à ce que certains peuvent penser, la GFSI n'est pas une entité qui délivre des certifications alimentaires. Elle fonctionne plutôt comme un organe de reconnaissance, évaluant et validant les programmes de certification existants, désignés sous le nom de CPOs (Certification Programme Owners), en se basant sur des critères stricts et unifiés. Les standards validés par la GFSI sont donc perçus comme équivalents et adoptés par les divers acteurs de la chaîne d'approvisionnement alimentaire.

La direction de la GFSI est assurée par un comité directeur, lequel inclut des représentants de poids lourds de l'industrie alimentaire tels que Mondelez, The Kroger Co, Pick n Pay, et GAP Plus+. L'initiative s’appuie également sur l’expertise de groupes de travail techniques, de groupes locaux, de partenaires stratégiques et d'autres parties prenantes. Chaque année, la GFSI organise une conférence mondiale, réunissant des milliers de professionnels engagés dans la sécurité alimentaire, pour échanger sur les meilleures pratiques, les innovations et les défis à relever.

Pourquoi avoir créée la GFSI ?

La création de la GFSI découle d'une situation préoccupante observée au tournant du millénaire, où les crises alimentaires telles que la vache folle, la contamination par la dioxine et l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) se succédaient à un rythme alarmant. Ces crises menaçaient non seulement la santé des consommateurs mais aussi l'image des entreprises impliquées.

De plus, le paysage de la sécurité alimentaire était fragmenté, avec une pléthore de normes et de régulations divergentes d'un pays à l'autre, d'une région à une autre, et même d'un secteur à l'autre, créant ainsi un fardeau en termes de coûts et de complexité pour les acteurs de la chaîne d'approvisionnement. Face à cette fragmentation, il est devenu évident qu'un cadre commun et une référence universelle pour la sécurité alimentaire étaient impérativement nécessaires au niveau mondial.

En réponse, la GFSI a vu le jour en 2000, grâce à l'initiative de géants de la distribution européenne tels que Carrefour, Tesco, Metro, et Ahold. Ces précurseurs, en unissant leurs forces, avaient pour objectif d'uniformiser et d'améliorer la gestion de la sécurité des aliments. Leur ambition était de restaurer la confiance des consommateurs et d'assurer la traçabilité des produits alimentaires à l'échelle internationale, par le biais de normes largement reconnues et acceptées par tous les maillons de la chaîne d'approvisionnement.

La mission assignée à la GFSI est donc de minimiser les risques pour la santé publique, d'accroître la transparence, de stimuler l'innovation et de promouvoir une croissance durable au sein de l'industrie alimentaire.

Quels sont les normes GFSI existantes et sont-elles obligatoires ?

La Global Food Safety Initiative (GFSI) actuellement reconnaît 11 programmes de certification essentiels pour la sécurité de la chaîne d'approvisionnement alimentaire. Ces certifications englobent une grande variété de secteurs, allant de la production agricole, la transformation des aliments, au transport et distribution. Y compris le stockage, la vente au détail, ainsi que l'emballage et les matériaux entrant en contact avec les aliments. Les programmes certifiés par GFSI sont :

  • BRCGS (Brand Reputation through Compliance of Global Standards)
  • FSSC 22000 (Food Safety System Certification)
  • IFS Food (International Featured Standards)
  • Safe Quality Food (SQF)
  • GlobalGAP (Good Agricultural Practice)
  • PrimusGFS (Primus Global Food Safety)
  • BAP (Best Aquaculture Practices)
  • CanadaGAP (Canadian Horticultural Council On-Farm Food Safety Program)
  • Certification GlobalGAP pour l’Aquaculture
  • Certification HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point)
  • ISO 22000 (International Organization for Standardization)

Ces programmes adhèrent aux principes de l'HACCP (Hazard Analysis and Critical Control Points), une méthodologie globalement acceptée pour détecter et gérer les risques liés à la sécurité alimentaire. Ils incorporent également les spécifications de l'ISO 22000, une norme internationale dédiée aux systèmes de gestion de la sécurité des aliments. Bien que les standards GFSI ne soient pas imposés, leur adoption est vivement conseillée par les professionnels de l'industrie alimentaire comme un signe distinctif de qualité et de fiabilité.

Les normes GFSI contribuent à la diminution des risques pour la santé, favorisent le commerce, simplifient les processus d'audit, renforcent la compétitivité et répondent aux attentes des consommateurs.

Quels produits nécessitent d’être certifié par une norme GFSI ?

Il est important de préciser qu'une entreprise ne peut pas être certifiée "GFSI" en tant que telle, mais plutôt à travers une norme reconnue par la GFSI. Cette organisation joue un rôle de reconnaissance, évaluant et approuvant différents programmes de certification. De ce fait, les produits qui doivent être certifiés selon une norme GFSI sont ceux qui relèvent des domaines couverts par les programmes validés par cette organisation.

Les domaines d'application des programmes GFSI

Les programmes validés par la GFSI concernent plusieurs secteurs de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, définis à travers des codes d'activité (comme la production agricole, la transformation, le transport et la distribution, le stockage, la vente au détail, ainsi que les emballages et matériaux au contact des aliments) et des codes de portée (telles les catégories de produits, y compris ceux d'origine animale ou végétale, les produits laitiers, les produits de la mer, les céréales, les confiseries, les boissons, etc.).

Chaque programme GFSI spécifie ses domaines d'application sur le site de la GFSI. Par exemple, le programme BRCGS s'étend à la production agricole, la transformation, les emballages et matériaux au contact des aliments, le stockage et la distribution, la vente au détail et aux services aux consommateurs, en plus de couvrir une large gamme de catégories de produits.

Les produits concernés par les normes GFSI

Les produits qui doivent être certifiés par une norme GFSI englobent principalement ceux qui s'inscrivent dans les domaines précités. Cela inclut non seulement les produits alimentaires, mais également les emballages et matériaux en contact avec les aliments, étant donné leur impact potentiel sur la sécurité alimentaire. Les produits hors de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, tels que les cosmétiques, les produits pharmaceutiques ou chimiques, ne sont pas concernés par les normes GFSI.

La certification GFSI n'est pas obligatoire, mais vivement conseillée par les professionnels de l'industrie alimentaire. Elle est perçue comme un symbole de qualité et de confiance, réduisant les risques sanitaires, simplifiant les audits, améliorant la compétitivité et répondant aux attentes des consommateurs.

Quel programme de certification GFSI choisir ? Faut-il en choisir plusieurs ?

La décision de choisir un programme de certification GFSI dépend de divers éléments tels que le secteur d'activité, le code de portée, les besoins spécifiques des clients, le coût, les délais et les ressources à disposition. Il est important de noter qu'il n'y a pas un seul programme GFSI qui soit supérieur aux autres. Cependant, certains peuvent être plus appropriés en fonction de la situation spécifique d'une entreprise. Pour vous guider dans le choix d'un programme GFSI, prenez en compte les points suivants :

Le domaine d'activité et le code de portée

Vérifiez que le programme de certification GFSI choisi couvre bien le secteur d'activité et le code de portée de votre entreprise. Si, par exemple, votre entreprise produit des produits laitiers, le programme devra s'adresser spécifiquement à la transformation alimentaire et aux produits laitiers. Les domaines d'application des différents programmes GFSI sont disponibles sur le site de la GFSI ou sur les sites des propriétaires de programmes de certification (CPOs).

Les exigences des clients

Il est crucial que le programme GFSI sélectionné réponde aux attentes et besoins de vos clients. Certains clients peuvent privilégier un programme particulier selon leur politique d'achat, leur marché ou leur pays d'origine. Cherchez à connaître les préférences de vos clients et vérifiez quel programme GFSI ils favorisent. Des études de marché peuvent également vous aider à identifier les programmes GFSI les plus demandés dans votre secteur ou région.

Les coûts, les délais et les ressources

Assurez-vous que le programme GFSI est en accord avec les ressources financières, les délais de mise en œuvre et les capacités de votre entreprise. Chaque programme présente des exigences de certification distinctes, avec des différences en matière de durée, de fréquence des audits, de complexité, de documentation requise et de formation nécessaire.

Comparez les programmes pour trouver celui qui s'aligne le mieux sur les objectifs de votre entreprise. Pour faciliter ce processus, vous pouvez solliciter l’accompagnement d'organismes de conseil ou de formation spécialisés dans les normes GFSI.

Choisir plusieurs programmes GFSI n'est pas une obligation car ils sont généralement considérés comme équivalents et reconnus par l'ensemble des acteurs de la chaîne d'approvisionnement alimentaire.

Toutefois, opter pour plusieurs certifications peut être judicieux si votre entreprise opère dans des secteurs diversifiés, vise à se distinguer de la concurrence, ou cherche à pénétrer de nouveaux marchés. Dans ce cas, il est essentiel de respecter les exigences de chaque programme sélectionné tout en cherchant à optimiser les synergies entre eux.

Quels sont les critères essentiels pour obtenir une des normes GFSI ?

La certification par une norme GFSI exige le respect de critères clefs élaborés sur la base des principes du Codex Alimentarius, l’autorité mondiale en matière de sécurité alimentaire. Ces critères sont divisés en sept catégories principales :

Partie I : Système de management

La première catégorie met l'accent sur les exigences liées au système de gestion de la sécurité alimentaire. Cela inclut la mise en place, la documentation, le maintien et l'amélioration continue du système, comprenant la politique de l’entreprise, ses objectifs, la répartition des responsabilités, l'allocation des ressources, les méthodes de communication, les évaluations de la direction, ainsi que la gestion des documents et des enregistrements.

Partie II : Bonnes pratiques

Cette section se concentre sur les exigences concernant les bonnes pratiques d'hygiène et de salubrité à adopter à tous les niveaux de la chaîne d'approvisionnement alimentaire. Cela vise à garantir l'hygiène, à prévenir la contamination, à gérer efficacement la lutte contre les nuisibles et à assurer une gestion appropriée des déchets.

Partie III : Analyse des dangers et maîtrise des points critiques (HACCP)

Cette partie détaille les obligations relatives à l'analyse des dangers et à la maîtrise des points critiques (HACCP), une méthode internationalement acceptée pour identifier et contrôler les risques liés à la sécurité des aliments.

Les étapes clés de cette méthode comprennent la constitution d'une équipe HACCP, la description du produit, la définition de son utilisation prévue, l'élaboration et la vérification du diagramme de fabrication, l'identification des risques, la détermination des points critiques, la fixation des limites critiques, la mise en place d'un système de surveillance, l'établissement de mesures correctives, la mise en œuvre de vérifications, ainsi que le développement de la documentation et des enregistrements nécessaires.

Partie IV : Traçabilité du produit

La quatrième catégorie aborde les critères liés à la traçabilité du produit dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement. Il est crucial d'assurer l'identification aisée des produits non conformes, de gérer efficacement les incidents en disposant d'un système de traçabilité solide, de marquer correctement les produits, de maintenir des enregistrements adéquats et d'effectuer des tests de traçabilité.

Partie V : Gestion des situations d'urgence et des incidents

Cette section détaille les procédures à suivre pour préparer et répondre efficacement aux urgences et incidents, assurant ainsi la sécurité alimentaire. Cela nécessite l'identification préalable des situations d'urgence et incidents, l'élaboration d'un plan d'urgence, la formation du personnel, l'établissement d'une communication claire avec toutes les parties prenantes, la mise en œuvre des actions correctives nécessaires et la mise à jour régulière du plan d'urgence.

Partie VI : Formation du personnel

Cette section se concentre sur la formation du personnel, soulignant l'importance d'avoir une équipe qualifiée, compétente et consciente de son impact sur la sécurité alimentaire. Elle englobe la définition des besoins en formation, l'organisation et l'exécution des formations, l'évaluation de leur efficacité et la tenue à jour des dossiers de formation.

Partie VII : Exigences spécifiques au domaine d'application

Abordant les exigences spécifiques de chaque secteur, cette partie souligne que, selon le programme GFSI appliqué, des normes supplémentaires doivent être respectées. Cela peut inclure des réglementations concernant les allergènes, les OGM (organismes génétiquement modifiés), l'utilité des matériaux en contact avec les aliments, l'usage des additifs et des agents conservateurs entre autres.

Quelles sont les différences entre GFSI, HACCP et BPF ?

Le domaine de la sécurité alimentaire utilise fréquemment les termes GFSI, HACCP et BPF, qui bien qu'étroitement liés, se distinguent par leurs applications spécifiques. Découvrons les particularités de chacun.

GFSI : Global Food Safety Initiative

La GFSI est une collaboration visant à unifier et améliorer les systèmes de sécurité alimentaire mondialement. Plutôt qu'une norme, la GFSI est une entité qui évalue et valide les programmes de certification selon des critères stricts. Les certifications approuvées par la GFSI sont reconnues et respectées dans toute la filière alimentaire, contribuant ainsi à minimiser les risques sanitaires, à accroître la transparence, à encourager l'innovation et à promouvoir une croissance durable dans l'industrie alimentaire.

HACCP : Hazard Analysis and Critical Control Points

L'HACCP représente une approche normalisée internationalement conçue pour identifier et maîtriser les dangers liés à la sécurité des aliments. Cette méthode comprend l'analyse des risques, la définition des points critiques pour leur contrôle, l'établissement de limites, la surveillance des procédures, l'application de mesures correctives, la vérification de l'efficacité des procédés ainsi que la maintenance d'une documentation rigoureuse. L'HACCP s'appuie sur les principes du Codex Alimentarius, l'autorité mondiale en matière de normes alimentaires.

BPF : Bonnes Pratiques de Fabrication

Les BPF désignent un ensemble de lignes directrices et de procédures obligatoires pour les acteurs de la chaîne alimentaire afin de garantir l'hygiène et la sécurité des produits alimentaires. Ces normes couvrent divers aspects, tels que la propreté, la prévention des contaminations, le contrôle des nuisibles et la gestion des déchets. Elles s'inscrivent dans le cadre de bonnes pratiques d'hygiène définies par le Codex Alimentarius, incluant des pratiques agricoles, de distribution et de stockage adaptées.

En bref, la GFSI joue un rôle de facilitateur en reconnaissant les programmes de certification qui intègrent l'HACCP et les BPF, des systèmes et des normes essentiels à la garantie de la sécurité des denrées alimentaires.

Combien coûte une de ces certifications ?

Le prix pour obtenir une certification GFSI varie selon différents critères, tels que le programme GFSI sélectionné, la taille et la complexité de votre entreprise, le nombre et la durée des audits, ainsi que les frais liés à la certification et à l'accréditation. Il est donc compliqué d'énoncer un montant exact, mais en général, le coût annuel moyen d'une certification GFSI se situe entre 10 000 et 30 000 euros. Pour mieux comprendre ce coût, voici quelques aspects à considérer :

Le coût de la mise en conformité

Ce coût couvre toutes les dépenses que votre entreprise doit engager pour se conformer aux exigences GFSI, incluant le temps, les ressources, et le matériel nécessaires. Il englobe entre autres, les frais de formation du personnel, de documentation, de mise à niveau des équipements, de réalisation d'un audit interne, et de correction des anomalies détectées. Ce montant peut fluctuer en fonction de l'état initial de votre système de gestion de la sécurité alimentaire, du soutien dont vous avez besoin, du type de produit que vous proposez, et peut être réduit grâce à l'utilisation d'outils et formations en ligne.

Le coût de l'audit externe

Ce coût représente les frais demandés par l'organisme de certification pour effectuer l'audit externe, nécessaire à l'obtention de la certification GFSI. Il inclut les coûts liés à la préparation, au déplacement, à l'exécution, au rapport et au suivi de l'audit. Ce montant varie selon le programme GFSI sélectionné, la taille et la complexité de votre entreprise, le nombre de sites à auditer, ainsi que la longueur de l'audit. Il est conseillé de demander des devis auprès de différents organismes de certification afin de bénéficier du meilleur prix.

Le coût de la certification et de l'accréditation

Ces frais sont ceux facturés par le propriétaire du programme de certification (CPO) et par l'organisme d'accréditation pour l'obtention et le maintien de la certification GFSI. Ils comprennent le coût de l'enregistrement, de la licence, de la surveillance et du renouvellement. Ces coûts peuvent varier selon le programme GFSI choisi, le nombre de sites certifiés et la durée de la certification. Généralement, ces frais sont inclus dans le devis fourni par l'organisme de certification.

Le prix d'une certification GFSI est sujet à variation et dépend de nombreux critères. Il est essentiel d'effectuer une analyse approfondie des besoins et des avantages attendus, tout en comparant les offres disponibles sur le marché. Il est également important de considérer le retour sur investissement potentiel, étant donné qu'une certification GFSI peut offrir de nombreux bénéfices, comme la réduction des risques, la facilitation des échanges commerciaux, la simplification des processus d'audit, l'amélioration de la compétitivité et l'accroissement de la satisfaction client.

La procédure classique

Revue documentaire

Voici la liste des documents nécessaires pour l'ouverture du dossier :
Proforma ou facture finale
Fiche descriptive pour chaque code de nomenclature
Rapports de test ou certificats d'analyse pour chaque code de nomenclature
Certificat de qualité ISO 9001 ou équivalent
Déclaration d'importation à demander à votre acheteur (selon la destination)

1

Revue documentaire

Voici la liste des documents nécessaires pour l'ouverture du dossier :
Proforma ou facture finale
Fiche descriptive pour chaque code de nomenclature
Rapports de test ou certificats d'analyse pour chaque code de nomenclature
Certificat de qualité ISO 9001 ou équivalent
Déclaration d'importation à demander à votre acheteur (selon la destination)

2

Revue documentaire

Voici la liste des documents nécessaires pour l'ouverture du dossier :
Proforma ou facture finale
Fiche descriptive pour chaque code de nomenclature
Rapports de test ou certificats d'analyse pour chaque code de nomenclature
Certificat de qualité ISO 9001 ou équivalent
Déclaration d'importation à demander à votre acheteur (selon la destination)

3

Voir également