Certification GlobalGAP pour l'Aquaculture

L'aquaculture joue un rôle crucial dans la fourniture de protéines animales et la génération de revenus à l'échelle mondiale, impliquant l'élevage contrôlé d'organismes aquatiques tels que les poissons, les crustacés, les mollusques et les algues. Pour répondre aux défis majeurs de cette industrie, des normes internationales ont été instaurées, parmi lesquelles se distingue la certification GlobalGAP pour l'aquaculture, reconnue par la Global Food Safety Initiative (GFSI).

Qu'est-ce que la certification GlobalGAP pour l’aquaculture ?

La certification GlobalGAP en aquaculture constitue une norme de renommée internationale conçue pour promouvoir des méthodes d'aquaculture respectueuses et pérennes. Elle touche des aspects cruciaux tels que la salubrité alimentaire, la qualité de l'eau, la préservation de la biodiversité et le bien-être des animaux. Cette norme est avalisée par la Global Food Safety Initiative (GFSI), un organisme indépendant qui certifie la fiabilité des systèmes de certification en matière de sécurité alimentaire.

Cette certification alimentaire englobe toute la chaîne de production aquacole, de l'écloserie jusqu'à la ferme, en incluant le transport et la manipulation des animaux. Elle concerne une large variété d'êtres aquatiques comme les poissons, crustacés, mollusques et algues, et s'adapte à diverses méthodes d'élevage, que ce soit en cages, étangs, bassins ou via des systèmes de recirculation.

Basée sur un cadre modulaire, la certification GlobalGAP permet aux aquaculteurs de sélectionner les modules adaptés à leur activité et marché cible. Elle comprend trois modules clés : le module de base, établissant les critères communs à toutes les espèces et systèmes ; le module spécifique à chaque espèce ; et le module dédié aux spécificités de chaque système d'élevage.

Affiliée à des organismes certificateurs reconnus, la certification garantit la conformité aux standards de qualité grâce à des audits et des inspections régulières. Valide pour une durée d'un an, la certification nécessite un suivi rigoureux et un renouvellement de la part de l'aquaculteur pour rester en vigueur.

Quels sont les organismes qui proposent la certification GlobalGAP pour l’aquaculture ?

La certification GlobalGAP dans le domaine de l'aquaculture est octroyée par des entités certificatrices indépendantes. Ces entités sont accréditées par des autorités d'accréditation de renom. Leur rôle principal est d'assurer que les producteurs aquacoles respectent les critères établis par la norme GlobalGAP. Ceci est réalisé à travers des audits des dossiers et des inspections sur le terrain.

Comment choisir un organisme certificateur ?

Voici des aspects importants à considérer lors du choix de votre organisme certificateur :

  • Validation de l'accréditation : Vérifiez que l'organisme est accrédité pour la norme GlobalGAP et pour le segment d'aquaculture spécifique à votre activité (comme le module de base, d'espèce ou de système).
  • Rayon d'action géographique : Assurez-vous que l'organisme peut mener des audits dans votre pays ou région, et qu'il dispose de professionnels qualifiés qui parlent votre langue.
  • Tarification : L'organisme doit fournir un devis transparent couvrant les frais d'audit, de certification, de déplacement et les taxes.
  • Réputation : Il est préférable que l'organisme jouisse d'une bonne réputation dans le secteur aquacole et soit reconnu par vos clients ou partenaires.

Quels sont les exemples d'organismes certificateurs ?

Il y a une variété d'organismes certificateurs proposant la certification GlobalGAP pour l'aquaculture à travers le monde. Voici quelques exemples :

  • AGFOCERT : Premier organisme en Turquie accrédité selon la norme ISO/IEC 17065 pour la certification GlobalGAP en aquaculture. Offre également des services de laboratoire et de formation.
  • LRQA : Organisme de certification internationale, offrant la certification GlobalGAP pour l'aquaculture dans plus de 100 pays, avec une expertise notable en sécurité alimentaire et développement durable.
  • NSF : Organisme certificateur aux États-Unis, fournissant la certification GlobalGAP pour l'aquaculture aux États-Unis et au Canada, spécialisé également dans les services de test, d'inspection et de conseil.

Quelles sont les exigences spécifiques de la certification GlobalGAP pour l’aquaculture avec mon secteur d’activité ?

La certification GlobalGAP pour l'aquaculture est conçue pour s'adapter spécifiquement à divers secteurs d'activité. Elle comprend des modules spécifiques basés sur le type d'organisme aquatique élevé et le mode d'élevage utilisé. Ces modules détaillent les exigences uniques nécessaires à respecter pour chaque espèce et système d'élevage en plus du module de base, qui est universellement applicable à tous les producteurs aquacoles.

Quels sont les modules d'espèce ?

Il existe six modules d'espèce, couvrant les principales catégories d'organismes aquatiques élevés mondialement :

  • Module de poisson : pour les poissons d'eau douce et d'eau de mer, incluant le saumon, la truite, le tilapia, le pangasius, la dorade et le bar.
  • Module du crustacé : pour les crustacés d'eau douce et d'eau de mer, incluant la crevette, le crabe, le homard et la langouste.
  • Module du mollusque : pour les mollusques d'eau douce et d'eau de mer, incluant la moule, l'huître, la palourde, les coquillages et le calmar.
  • Module des algues : pour les algues marines et d'eau douce, incluant la spiruline, la chlorelle, la nori, la wakame et la kombu.
  • Module d'ornement : pour les organismes aquatiques d'ornement, incluant les poissons, les coraux, les anémones et les plantes aquatiques.
  • Module d'abalone : pour les abalones ou ormeaux, qui sont des mollusques marins comestibles.

Quels sont les modules de système ?

Il existe quatre modules de système, ciblant les principales méthodes d'élevage en aquaculture :

  • Module de la cage : pour les systèmes d'élevage en cage, permettant de placer les organismes dans des cages flottantes ou immergées dans des plans d'eau.
  • Module de l’étang : pour l'élevage en étang, utilisant des bassins creusés ou des plans d'eau naturels.
  • Module du bassin : pour l'élevage en bassin, dans des réservoirs ou bacs, souvent en béton ou en plastique.
  • Module du système recirculé : pour les systèmes d'élevage en circuit fermé, recyclant et traitant l'eau pour une réutilisation continue.

Pour découvrir les exigences spécifiques de la certification GlobalGAP adaptées à votre secteur d'aquaculture, vous pouvez consulter les documents des modules pertinents disponibles sur le centre de documentation de GlobalGAP. N'hésitez pas à contacter un organisme certificateur pour vous guider dans le processus de certification, ou bien contactez directement Yvea pour vous accompagner sur ce sujet.

Quelles sont les étapes à suivre pour obtenir une certification GlobalGAP pour l’aquaculture ?

Pour décrocher une certification GlobalGAP en aquaculture, voici les démarches principales à accomplir :

Étape 1 : Choisir un organisme certificateur

Le point de départ consiste à sélectionner un organisme de certification accrédité spécifiquement pour la norme GlobalGAP et adapté au module d'aquaculture de votre domaine d'activité. Vous trouverez la liste complète de ces organismes sur le site de GlobalGAP, grâce à leur moteur de recherche, ou en sollicitant des recommandations de vos collègues ou de vos clients.

Étape 2 : Préparer l'audit

L'étape suivante est la préparation pour l'audit, processus qui évalue si votre exploitation respecte les critères de la norme GlobalGAP. Vous devez vous imprégner des documents de la norme accessibles sur le centre de documentation de GlobalGAP et appliquer les actions requises pour satisfaire aux exigences énoncées.

Il est aussi impératif de s'inscrire sur la base de données de GlobalGAP, un outil en ligne facilitant la gestion de votre certification et la diffusion de vos informations auprès de vos clients.

Étape 3 : Réaliser l'audit

La troisième phase implique la conduite de l'audit par un auditeur affilié à l'organisme de certification que vous avez précédemment sélectionné. Cet audit se divise en deux segments : la vérification documentaire, examinant les documents liés à votre exploitation comme les registres, factures, contrats, analyses, et une visite sur site pour analyser les conditions d'élevage, les infrastructures, le matériel, les espèces aquacoles, etc.

La durée de l'audit varie de quelques heures à plusieurs jours selon l'envergure et la complexité de votre activité.

Étape 4 : Obtenir la certification

La dernière étape est l'acquisition de la certification, suite à la réussite de l'audit. L'organisme certificateur vous remet alors un certificat confirmant que votre exploitation se conforme aux exigences de la norme GlobalGAP. Ce certificat est valide pour 12 mois et requiert le respect des procédures de surveillance et de renouvellement pour maintenir sa validité. À ce stade, vous êtes autorisé à apposer le logo GlobalGAP sur vos produits et supports de communication, vous ouvrant les portes à de nouveaux marchés.

Combien coute une certification GlobalGAP pour l’aquaculture ?

Le coût d'une certification GlobalGAP en aquaculture varie en fonction de plusieurs critères : la taille et la complexité de l'exploitation, le type d'espèces élevées, le mode d'élevage, la fréquence et la durée des audits, ainsi que le choix de l'organisme de certification. Les prix peuvent également différer d'un pays à l'autre. Il est donc difficile de fixer un prix unique, mais on observe généralement une fourchette de coûts.

De façon générale, les dépenses liées à une certification GlobalGAP en aquaculture se divisent en deux catégories principales : les frais d'adhésion à GlobalGAP et les frais liés à la certification elle-même, facturés par l'organisme de certification.

Les frais d'adhésion à GlobalGAP

L'adhésion annuelle à GlobalGAP donne droit à l'inscription dans la base de données de l'organisme, à l'accès aux documents normatifs et au support technique de GlobalGAP. Ces coûts sont basés sur le nombre d'unités de production, le nombre d'espèces et les modules sélectionnés.

Les frais d'adhésion, qui sont directement prélevés par GlobalGAP, oscillent entre 100 et 500 euros par an, en fonction de l'envergure et de la diversité de l'exploitation. Une estimation plus précise peut être obtenue sur le site de GlobalGAP.

Les frais de certification par l'organisme certificateur

Ces frais, qui varient selon l'organisme de certification choisi, couvrent principalement les coûts d'audit. Ils incluent les frais d'audit, de certification, de déplacement et les taxes éventuelles, et sont directement facturés par l'organisme de certification.

Le montant de ces frais peut varier de 500 à 5000 euros annuellement, en fonction de la fréquence et de la durée des audits, de la localisation de l'exploitation et des tarifs de l'organisme de certification. Il est recommandé de demander un devis à l'organisme de votre choix pour une estimation précise.

Le budget total pour obtenir une certification GlobalGAP en aquaculture peut aller de 600 à 5500 euros par an, dépendant des spécificités de votre exploitation. Cet investissement peut se révéler rentable à travers l'ouverture à de nouveaux marchés, la minimisation des risques et l'amélioration de la performance générale de l'exploitation.

Combien de temps faut-il pour obtenir une certification GlobalGAP pour l’aquaculture ?

Le délai pour acquérir une certification GlobalGAP en aquaculture est influencé par divers paramètres, incluant la préparation de votre ferme, l'accès à l'entité de certification, l'étendue et le nombre d'audits nécessaires, la gestion des non-conformités, entre autres. Au lieu d'un délai fixe, ce processus englobe un intervalle temporel sujet à fluctuation.

De manière générale, ce processus se divise en deux phases essentielles : le pré-audit et le post-audit.

Le temps de pré-audit

Cette phase initiale englobe les efforts entrepris pour ajuster votre exploitation aux standards GlobalGAP avant de demander un audit. Selon le degré de conformité initiale de votre site, le type de culture aquatique, les techniques d'élevage employées, et la complexité des modules sélectionnés, cette période peut aller de quelques semaines à plusieurs mois.

Pour optimiser cette étape, utilisez les documents normatifs accessibles via le [centre de documentation] de GlobalGAP et les outils d'auto-évaluation, qui aident à évaluer votre niveau de conformité et à identifier les améliorations nécessaires. L'assistance d'un consultant ou d'un organisme de formation peut également vous aider à instaurer les pratiques requises pour s'aligner sur les normes.

Le temps de post-audit

La phase de post-audit représente le temps s'écoulant entre la réalisation de l'audit et l'obtention du certificat, à condition que l'audit soit concluant. Cette période peut varier de quelques jours à plusieurs semaines, dépendant de l'efficacité du certificateur, du volume et de la sévérité des non-conformités identifiées, ainsi que du traitement des éventuelles contestations.

Pour accélérer le processus, assurez-vous d'avoir préparé tous les documents nécessaires pour l'audit, coopérez activement avec l'auditeur lors de sa visite, rectifiez rapidement toute non-conformité identifiée, et maintenez une communication efficace avec l'organisme de certification.

L'obtention d'une certification GlobalGAP en aquaculture peut donc s'étendre de quelques mois à plus d'un an, en fonction de votre cas spécifique. Bien que ce soit un parcours exigeant, une préparation soigneuse et un suivi rigoureux peuvent grandement faciliter le processus.

Renouvellement de la certification GlobalGAP en aquaculture

Le renouvellement de la certification GlobalGAP en aquaculture est essentiel pour assurer la conformité continue des pratiques aquacoles aux normes élevées requises. Ce processus implique des audits réguliers, y compris des audits de surveillance et de recertification, effectués par l'organisme certificateur.

Audits de Surveillance

Les audits de surveillance servent à vérifier le respect continu des normes GlobalGAP entre deux audits de recertification. Ces audits, moins longs et moins fréquents que ceux de recertification, sont néanmoins obligatoires et peuvent s'effectuer de manière annoncée ou inopinée. Ils ont lieu au moins une fois par an et sont à la charge du producteur aquacole, comme partie intégrante des frais de certification.

Audits de Recertification

Quant aux audits de recertification, ils représentent une évaluation complète de la conformité aux exigences de GlobalGAP à l'approche de la fin de validité du certificat actuel. Ces audits sont toujours annoncés et doivent se tenir avant la fin de la période de certification de 12 mois suivant l'audit initial. Comme les audits de surveillance, ils sont facturés par l'organisme certificateur et constituent une partie des frais de certification.

Le cycle de renouvellement de la certification GlobalGAP garantit donc une qualité et une sécurité constantes des produits aquacoles, grâce à un suivi rigoureux des standards.

La procédure classique

Revue documentaire

Voici la liste des documents nécessaires pour l'ouverture du dossier :
Proforma ou facture finale
Fiche descriptive pour chaque code de nomenclature
Rapports de test ou certificats d'analyse pour chaque code de nomenclature
Certificat de qualité ISO 9001 ou équivalent
Déclaration d'importation à demander à votre acheteur (selon la destination)

1

Revue documentaire

Voici la liste des documents nécessaires pour l'ouverture du dossier :
Proforma ou facture finale
Fiche descriptive pour chaque code de nomenclature
Rapports de test ou certificats d'analyse pour chaque code de nomenclature
Certificat de qualité ISO 9001 ou équivalent
Déclaration d'importation à demander à votre acheteur (selon la destination)

2

Revue documentaire

Voici la liste des documents nécessaires pour l'ouverture du dossier :
Proforma ou facture finale
Fiche descriptive pour chaque code de nomenclature
Rapports de test ou certificats d'analyse pour chaque code de nomenclature
Certificat de qualité ISO 9001 ou équivalent
Déclaration d'importation à demander à votre acheteur (selon la destination)

3

Voir également